Politique agricole

Nos membres s’engagent en faveur d’une politique agricole permettant une agriculture productrice et un vigoureux premier échelon de transformation de l’industrie alimentaire.

Pleins gaz ver le libre-échange…

Le 1er novembre 2017, le Conseil fédéral avait publié sa « Vue d’ensemble du développement à moyen terme de la politique agricole », qui présentait le projet de Politique agricole à partir de 2022 (PA 22+) et contenait deux éléments :

  1.  Le premier élément, une « composante internationale exigeante », prévoyait un démantèlement de la protection douanière pour les produits agricoles, via une ouverture réciproque des marchés obtenue par des accords de libre-échange.
  2. Le deuxième élément, nommé « composante de perspectives », représentait la PA 22+ à proprement parler et était censé illustrer « la création durable de valeur dans un contexte de compétitivité et de raréfaction des ressources ».

C’est surtout le premier élément « Accès et ouverture des marchés » qui avait provoqué un tollé dans la production et certains secteurs du premier échelon de la transformation. Le Conseil fédéral voulait en effet réduire la différence de prix entre la Suisse et l’étranger de 30 % à 50 %.

…et retour à la case départ

Le 5 septembre 2018, le Conseil fédéral a publié un rapport complémentaire révisant complètement ses objectifs exposés dans la « Vue d’ensemble ». D’après ce rapport, la réduction de 30 % à 50 % de la différence de prix due à la protection douanière « est irréaliste ». Cette affirmation réjouit beaucoup tous les critiques des intentions initiales du Gouvernement, mais en même temps étonne encore plus : A peine une année après sa première déclaration, le monde est visiblement différent de ce que le Conseil fédéral avait alors imaginé. Mais que faire maintenant ?

> Vue d’ensemble du développement de la politique agricole du Conseil fédéral du 1er novembre 2017 > Rapport complémentaire à la Vue d’ensemble du 5 septembre 2018

La prudence est de mise

D’après son rapport complémentaire, le Conseil fédéral souhaite exclure de la politique agricole les modifications de la protection douanière servant à étendre les relations commerciales internationales. Dans le même temps, toutefois, il continue d'insister sur le fait que l’offre de produits agricoles et alimentaires doit être orientée sur le marché. Le potentiel commercial doit être exploité en Suisse et à l'étranger en positionnant les produits suisses principalement dans le segment des prix élevés, en particulier dans les pays à forte croissance économique et dont la population dispose par conséquent d’un pouvoir d'achat élevé.

 

Les accords de libre-échange ne sont nullement abandonnés, comme on pourrait le croire. Les négociations achevées avec l'Indonésie en sont le meilleur exemple. L'idée de passer d'une activité de masse à une activité de niche ou de vendre des spécialités à des prix élevés peut d’une certaine manière se justifier pour le fromage, le chocolat et les biscuits. Il est toutefois peu probable que cela fonctionne pour les matières premières telles que les oléagineux, la farine et les pommes de terre transformés par nos membres et les produits qui en sont issus. Il s’agit donc de rester vigilants, forts et unis pour défendre notre industrie et ses membres.

PA 22+ : la consultation s’achève le 6 mars 2019

Le 14 novembre 2018, le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR) a lancé la procédure de consultation sur le projet de Politique agricole à partir de 2022. Elle s’achèvera le 6 mars 2019. D’après le Conseil fédéral, la PA 22+ a pour but de donner de nouvelles perspectives aux acteurs de l’agriculture et du secteur alimentaire dans les domaines du marché, de l’entreprise et des ressources naturelles. Les conditions-cadres de la politique agricole doivent être modifiées de manière à ce que l’agriculture et le secteur alimentaire puissent s'affirmer sur les marchés intérieur et extérieurs, utiliser efficacement les ressources et protéger l'environnement. Le montant de l’enveloppe budgétaire agricole 2022-2025 devrait être à peu près équivalent en termes nominaux aux dépenses prévues pour les années 2018 à 2021.

 

primavera étudiera attentivement le dossier et s’exprimera à son sujet dans les délais impartis. En janvier 2018, un séminaire consacré à la PA 22+ sera organisé en collaboration avec l’ASSAF.

> Vers le projet de PA 22+ du Conseil fédéral mis en consultation